[Soutenance] Jessica Saiag – BioGéosciences & Chrono Environnement

Évènement le 14 décembre prochain à 14H30 : Caractérisation des hétérogénéités sédimentaires et pétrophysiques d’un réservoir carbonaté microporeux. Le cas de la Craie (Crétacé supérieur, Bassin de Paris)

Le mercredi 14 décembre 2016 à 14h30 à l’Université de Bourgogne Franche-Comté à Dijon (Amphithéâtre Guyton de Morveau).

Devant le jury composé de :

  •  Prof. Yves GÉRAUD (Université de Lorraine) : Rapporteur
  • Dr. François FOURNIER (Université d’Aix-Marseille) : Rapporteur
  • Prof. Emmanuelle VENNIN (Université de Bourgogne) : Examinatrice
  • Prof. Rudy SWENNEN (Université de Leuven (Belgique) : Examinateur
  • Dr. Bruno CALINE (Total – Pau) : Invité
  • Dr. Éric LASSEUR (BRGM – Orléans) : Invité
  • Dr. Pierre-Yves COLLIN (Université de Bourgogne) : Directeur de thèse
  • Dr. Jean-Pierre SIZUN (Université de Franche-Comté) : Co-encadrant de thèse

Contact : saiag.jessica@gmail.com

Accès :  6 Bd Gabriel, Bâtiment Gabriel, Aile Sud 3ème étage, Amphithéâtre Guyton de Morveau Depuis la gare SNCF Dijon-Ville : prendre le tram T1 en direction de Quetigny, arrêt Erasme.

Panorama.png

RÉSUMÉ

La craie est définie comme étant une roche carbonatée microporeuse. Cette formation est largement exploitée en Mer du Nord pour ses hydrocarbures et constitue un aquifère dans le Bassin de Paris. Les propriétés réservoirs de la Craie (propriétés matricielles) varient considérablement comme Alam et al. (2011) le soulignent pour les craies de surface et de subsurface de Mer du Nord, avec des porosités de 4 à 52 %, des perméabilités de 0,01 à 100 mD et des vitesses des ondes P sur roche saturée de 2,4 à 4,4 km.s-1.

Dans le secteur d’étude (Normandie, France), pris comme analogue de terrain, 114 échantillons (Cénomanien- Santonien) ont été prélevés dans le but d’illustrer l’hétérogénéité sédimentaire et pétrophysique de la Craie. Comme en Mer du Nord, les échantillons présentent une grande variabilité des propriétés pétrophysiques : porosités () de 6,1 à 46,5 %, perméabilités matricielles (K) très faibles (0,002 mD) jusqu’à des perméabilités atypiques et très fortes (470 mD, en l’absence de fractures) et des vitesses des ondes P sur échantillon saturé s’étalant selon une gamme très étendue (1,8 à 5,5 km.s-1). Cependant, l’origine de ces hétérogénéités est encore mal comprise. L’objectif de cette étude est donc de comprendre l’influence respective des facteurs contrôlant les propriétés pétrophysiques afin d’optimiser la modélisation de ce type de réservoir.

Trois modèles sédimentaires ont ici été définis avec :

  1. un modèle de rampes, subdivisé en modèle de rampe argileuse avec des porosités de 34,4 à 46,5 % et des valeurs de perméabilité de 0,02 à 3 mD, et en modèle de rampe carbonatée (mudstone à grainstone) avec des porosités de 26,1 à 46,5 % et des valeurs de perméabilité de 0,04 à 6 mD,
  2. un modèle de contourite (mudstone à grainstone et micro-packstone) avec des porosités de 8,3 à 45,5 % et des valeurs de perméabilité de 0,05 à 477 mD,
  3. un modèle de surface de hiatus (Soupground à Hardground) avec des porosités de 6 à 36,9 % et des valeurs de perméabilité de 0,002 à 36 mD.

Une classification des microtextures, basée sur l’observation au MEB de quatre critères (contenu minéralogique, fraction biogénique, fraction micritique et fraction de ciment), est proposée. À partir de ces critères, deux groupes majeurs ont été définis avec les Pure chalk microtextures et Impure chalk microtextures. Le groupe des Pure chalk microtextures reflète l’intensité des modifications subies par la craie lors de la diagenèse (taux de diagenèse qu’elle soit précoce ou tardive). Une augmentation du taux de diagenèse induit une diminution de la porosité et une augmentation des vitesses de propagation des ondes acoustiques P. En effet, les transformations qui s’opèrent au cours de la diagenèse, d’une part, réduisent la taille des espaces intergranulaires et donc font diminuer la porosité, et d’autre part, renforcent les contacts entre grains, favorisant ainsi la propagation des ondes acoustiques. Pour le groupe des Impure chalk microtextures, la présence de particules insolubles dans la matrice n’affecte pas la porosité, mais diminue la perméabilité du fait de la réduction des tailles d’accès aux pores.

Par conséquent, l’héritage sédimentaire et les transformations diagénétiques, qui affectent à différents degrés les faciès sédimentaires primaires, déterminent les propriétés réservoirs et sont donc la cause de la grande variabilité de ces dernières. De plus, la répartition spatiale de ces microtextures, dépendante des conditions de dépôt (e.g. climat, distance des côtes), et des modifications diagénétiques (précoces ou tardives), n’est pas aléatoire. À partir de l’extrapolation combinée des faciès et de l’empreinte diagénétique, il serait ainsi possible de visualiser la distribution des propriétés pétrophysiques sur les falaises, et donc de visualiser l’architecture des réservoirs dans la Craie.

Mots clés : Craie, sédimentologie, microtexture, diagenèse, pétrophysique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s