[Thèse] Développement d’une méthode de traçage sédimentaire – CEA

cea

Ces travaux de thèse s’inscrivent dans le cadre du projet ‘Bassin versant, impacts de la mine au lagon’, coordonné par l’Université de Nouvelle-Calédonie et financé par le CNRT (www.cnrt.nc/).

Développement d’une méthode de traçage sédimentaire basée sur la mesure des radionucléides naturels et artificiels pour quantifier l’impact de l’activité des mines de nickel sur le colmatage des rivières et des lagons de Nouvelle-Calédonie

La Nouvelle-Calédonie possède un quart des réserves mondiales de nickel. On trouve principalement ce métal dans les couches de saprolite du sous-sol. Pour y accéder, il faut excaver les niveaux latéritiques supérieurs, ce qui conduit à la production de quantités importantes de matériaux (particules fines, blocs,…) qui sont souvent stockés sur les versants. Ces matériaux peuvent être érodés et transportés dans les creeks lors des événements cycloniques tropicaux, ce qui conduit au surengravement des cours d’eau et aggrave les problèmes d’inondation. Cet apport de particules accroît également la turbidité de l’eau dans le lagon, ce qui gêne le développement des coraux.

La contribution de ces creeks miniers aux sédiments transitant dans les fleuves côtiers est inconnue à ce jour. Or il convient de discriminer ces matériaux des particules provenant des glissements de terrain qui se produisent le long des affluents non-miniers pour guider la mise en place de mesures de contrôle efficaces. Dans ces bassins non-miniers, la fréquence des glissements de terrain est accrue par l’occurrence de feux de forêts et le développement anarchique des populations de cervidés qui dégradent le couvert végétal.
Pour quantifier la contribution sédimentaire relative des affluents miniers et non-miniers aux fleuves côtiers, cette thèse vise à développer une méthode de traçage des particules fines à partir de mesures de radionucléides artificiels (137Cs) et naturels (U, Th, K). Ces analyses seront réalisées tant sur des laisses de crue récentes que sur des carottes sédimentaires prélevées dans la plaine alluviale des cours d’eau étudiés, afin de caractériser l’évolution de la contribution des sources de sédiments aux fleuves côtiers au cours du temps.

Ce projet vise à caractériser et quantifier les flux sédimentaires de la mine au lagon et leurs impacts, dans le bassin emblématique de la rivière Thio (400 km²) qui draine de nombreuses mines de nickel qui sont encore en activité ou qui ont été abandonnées au cours des dernières décennies. La méthode ainsi développée sera ensuite appliquée à plusieurs bassins versants miniers représentatifs de Nouvelle-Calédonie. Cette thèse combinera donc travaux de terrain et en laboratoire, des analyses de données et de la modélisation hydrosédimentaire. Outre la recherche académique, la thèse pourra conduire à de nombreux débouchés dans les secteurs public et privé. Le/la candidat(e) devra être titulaire d’un Master 2 en hydrologie / géochimie / gestion des bassins versants. La connaissance des SIG, des modèles d’érosion, du suivi des rivières ou de la radioactivité environnementale constitueront un atout.

Toutes les informations pour contacter les personnes en relation avec ce projet dans le document ci-après : Thèse CEA-SLN.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s