3 postes a pourvoir au LSCE (Saclay)

Dans le cadre d’une collaboration entre le LSCE/IPSL et l’Université de l’Oural à Ekaterinbourg (Russie), le LSCE propose de recruter 3 CDD (contrat portant sur une période de 18 mois) dont les profils de poste sont décrits ci-dessous.
Calendrier : appel à candidatures ouvert jusqu’au 29 février 2012. Sélection du ou de la candidat(e) début mars 2012. Prévoir 3 mois de délais d’instruction (CEA). Démarrage du contrat de travail en juin 2012. Le salaire sera indexé sur la grille CEA.

1) Ingénieur, isotopes de la vapeur d’eau
Profil de poste
: le poste à pourvoir (ingénieur de recherche ou post-doc) porte sur le traitement de mesures continues de la composition isotopique de la vapeur d’eau in situ (instrument PICARRO) et la construction d’une base de données de composition isotopique de la vapeur d’eau dans l’Arctique.
Qualités requises
:  le candidat devra avoir une formation initiale scientifique (M2, école d’ingénieur ou doctorat). Une expérience précédente sur l’analyse des isotopes stables de la vapeur d’eau serait un atout. Il sera nécessaire de travailler en équipe internationale et de maîtriser l’anglais scientifique.
Les candidatures (CV, lettre de motivation et références) sont à transmettre à Valérie Masson – Delmotte.

2) Implémentation des espèces isotopiques de l’eau et du carbone dans le modèle de végétation ORCHIDEE et analyse de simulations en Sibérie
Un des objectif de Wsibiso est de mieux quantifier les composantes du cycle de l’eau et du carbone dans les régions de tourbière et de pergélisols en Sibérie, et d’étudier leur réponse au changement climatique. Pour cela, on propose d´utiliser le modèle de surface continentale ORCHIDEE couplé au modèle atmosphérique LMDZ. Ces deux modèles sont composantes du modèle de climat de l’IPSL et les isotopes de l´eau et du carbone y sont en grande partie représentés. Le modèle ORCHIDEE permet de simuler, de l’échelle locale à l’échelle globale, le fonctionnement de la végétation, incluant les transferts de masse (eau et carbone) et d’énergie dans le continuum sol-plante-atmosphère. L´objectif du travail est de développer et de mettre en oeuvre ce modèle sur les régions arctiques et d´analyser l´apport de l´information isotopique de l’eau et du carbone dans la modélisation des cycles biogéochimiques.
Profil de poste
: Les tâches du CDD (ingénieur de recherche ou Post-doc) seront parmi les suivantes
– introduction des espèces isotopiques de l’eau (H218O, HDO, H217O) dans la nouvelle version d’ORCHIDEE développée pour mieux représenter les processus aux hautes latitudes, basée sur une description du sol en 11 couches, intégrant une modélisation de la neige, du pergélisol et des zones inondées. Ce travail s’inspirera de ce qui a déjà été fait dans la version standard d’ORCHIDEE à 1.5 couches.
– implémentation des isotopes du carbone (13C) dans la nouvelle version d’ORCHIDEE. De même, ce travail s’inspirera de ce qui a déjà été fait dans la version standard d’ORCHIDEE
– mise en place du transport des différentes espèces isotopes du carbone (CO2, CH4) dans LMDZ et le couplage avec les sources et les puits modélisés par ORCHIDEE. Les espèces isotopiques de l’eau, ainsi que le transport de traceurs passifs, sont déjà représentés dans LMDZ.
– réalisation et analyse de simulations couplées LMDZ-ORCHIDEE avec pour objectif scientifique d’exploiter le composition isotopique de l’eau mesurée dans l´atmosphère (vapeur d´eau) et dans les précipitations (eau liquide) pour apporter des contraintes sur le recyclage continental en Sibérie.
Si le profil du candidat est ingénieur de recherche, le travail se concentrera sur les tâches de développement: 1, 2 et 3. Si le profil du candidat est post-doc, le travail se concentrera sur la tâche de développement 1 et la tâche scientifique 4, pour laquelle une publication en 1er auteur est attendue.
Compétences requises: Le candidat recherché devra avoir un doctorat dans le domaine de l´environnement, avec une expérience dans le développement de modèles physiques. Une expérience en modélisation hydrologique et en biogéochimie continentale est recommandée. De plus le candidat devra maitriser les outils informatiques tels que le langage Fortran (ORCHIDEE et LMDZ sont développés en Fortran) et le système Unix.
En pratique: Le CDD travaillera au LSCE (Laboratoire des Sciences du Climat et de l´Environnement, unité mixte de recherche du Commissariat à l´Energie Atomique (CEA), du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de l´Université de Versailles St-Quentin (UVSQ)). Il sera sous la responsabilité de Catherine Ottlé (LSCE/IPSL) et de Camille Risi (LMD/IPSL).
Les candidatures (CV, lettre de motivation et références) doivent être envoyées à Catherine Ottlé et Camille Risi.

3) Réalisation de simulations isotopiques avec le modèle atmosphérique LMDZ et analyse sur la Sibérie »

Un des objectifs de WsibIso est de mieux quantifier les termes du cycle de l’eau et du carbone dans les régions de tourbière et de permafrost en Sibérie, et d’étudier leur réponse en changement climatique. Dans cet objectif, les mesures de composition isotopique de l’eau (H218O, HDO)  sont susceptibles d’apporter des informations interressantes sur le recyclage continental, l’origine des masses d’air et la physique atmosphérique. Ces informations seront exploitées en analysant des simulations avec le modèle de circulation générale atmosphérique LMDZ, dans lequel les isotopes de l’eau sont représentés.
Les tâches :

– Réaliser des simulations isotopiques avec le modèle LMDZ, dans différentes configurations et avec différent paramètres du modèle. En particulier, une simulation zoomée sur la Sibérie sera mise au point et réalisée.
– Extraction de diagnostiques météorologiques et isotopiques à partir de ces simulations, permettant d’interpréter les simulations et de comparer aux données disponibles.
– Comparaison des résultats isotopiques du modèle à des données de télédétection par satellite ou au sol (collocalisation des résultats avec les mesures, prise en compte de la sensibilité des instruments) en utilisant des utilitaires en grande partie déjà développés.
– Support technique pour l’exploitation des simulations par les différents participants du projet pour divers objectifs scientifiques.
Compétences requises:

Le candidat devra avoir un doctorat dans le domaine climat, avec une expérience solide dans l’utilisation des modèles. Une expérience avec les isotopes
est recommandée mais pas indispensable.
Le candidat devra avoir un intérêt dans le domaine du climat et du cycle de l’eau, et être capable d’intéragir avec différents interlocuteurs.
En pratique:

Le CDD travaillera au LSCE sous la responsabilité de Jean Jouzel (LSCE/IPSL) et de Camille Risi (LMD/IPSL).
Les candidatures (CV, lettre de motivation et références) doivent êtres envoyées à Jean Jouzel et Camille Risi.

Publicités